Référencement : Quand Google s’interesse à la mauvaise réputation

Le 1 er Décembre 2010, Google a modifié son algorithme de classement de sites pour prendre en compte la réputation des e-commerçants. Résumé d’une histoire qui restera dans les mémoires SEO …

Negative SEO DecorMyEyes

Source : New York Times Magazine

En Juillet dernier,  Clarabelle Rodriguez, une internaute américaine tape le nom de la marque de ses lunettes préférées dans Google.
Dans la longue liste de résultats, elle clique sur le 1er lien de la 1ère page des résultats dits « organiques » (juste sous le bandeau haut des publicités Google adwords). Cette 1ere place « en or » convoitée par tous les référenceurs pour les différents mots clés qu’ils optimisent atteste du crédit que Google donne aux sites jugés les plus pertinents pour une recherche effectuée.
En suivant ce lien, Madame Rodriguez  arrive sur le site DecorMyEyes.com, un site de vente en ligne de lunettes de toutes marques. Elle y passe commande sans se douter un instant de la relation clientèle exécrable qui suivra. (voir l’intégralité de l’histoire sur le site du New York Times – en)

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais c’est sans compter une révélation de ce vendeur peu scrupuleux qui fera beaucoup de bruit : Plus j’ai d’avis négatifs, plus je gagne en visibilité sur Google !
En effet, mêmes négatifs ces avis lui ramenaient de nombreux liens externes vers son site et avaient pour conséquence de le propulser en tête des résultats.
Comment est-ce possible ? Tout simplement parce que jusqu’à présent Google ne faisait pas le différence entre un avis positif et un avis négatif. Seul comptait le nombre de liens vers le site pour améliorer le classement du site dans l’index du moteur de recherche. Et aux dires de plusieurs journalistes, il est vrai que le site était plutôt bien positionné …

Google, ayant pris connaissance de cette histoire publiée par le New York Times le 26 Novembre 2010 n’aura pas mis longtemps à réagir et c’est le 1er Décembre 2010 qu’il a annoncé sur son blog officiel la modification de son algorithme de classement pour prendre en compte ce paramètre.

C’est une bonne nouvelle de voir la réactivité avec laquelle Google peut réagir mais on pourra s’interroger sur la non prise en compte initiale de ce paramètre par les équipes de programmation.
Pour lutter encore plus efficacement contre ces pratiques, les solutions sociales web 2.0 comme le vote des clients est un bon début. C’est d’ailleurs une des solutions retenues par Google pour son nouveau service Google Shopping encore en version beta.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.